L’Église de Scientologie se joint à d’autres religions et ONG au siège de l’ONU à Genève pour participer à une conférence visant à promouvoir la coopération pour garantir les droits de l’homme pour tous

L’Église de Scientologie se joint à d’autres religions et ONG au siège de l’ONU à Genève pour participer à une conférence visant à promouvoir la coopération pour garantir les droits de l’homme pour tous.

GENÈVE, le 23 décembre 2018 (Newswire.com) – A l’occasion du 70e anniversaire de l’adoption par l’ONU de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH), environ 120 représentants d’ONG et de groupes religieux ont rempli la salle VII du Palais des Nations, autrefois siège de la Société des Nations et actuellement siège des Nations Unies à Genève. C’est dans cette salle que se tenaient jusqu’en 1946 les réunions de l’Organisation des Nations Unies nouvellement créée.

La conférence a été organisée par CAP (Coordination des associations et des Particuliers pour la liberté de conscience) et la Fundacion Vida (Fondation Life Green Ecological Group) ainsi que les missions permanentes de l’Estonie, de la Finlande, des Philippines et de la Slovaquie auprès de l’ONU.

  1. Ivan Arjona-Pelado, modérateur de l’évènement et directeur du Bureau européen des affaires publiques et des droits de l’homme de l’Église de Scientologie basé à Bruxelles, a travaillé en étroite collaboration avec ces deux ONG pour organiser l’événement.

Parmi les participants figuraient les missions permanentes de l’Angola, de l’Arménie, du Congo, de Cuba, du Gabon, de la Géorgie, du Guatemala, du Kazakhstan, du Monténégro, du Népal, de la Sierra Leone, du Soudan, du Sri Lanka, de l’Uruguay et de la Zambie.

L’éducation aux droits de l’homme fut le thème de nombreuses présentations des ONG, d’organisations religieuses et de militants des droits de l’homme : sept décennies après l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la plupart des gens ne pouvant citer qu’une poignée des 30 droits consacrés dans le document, il n’est pas étonnant que le monde soit en proie à tant de violations des droits de l’homme.

La conférence a débuté par une présentation des missions permanentes auprès de l’ONU, encourageant tous les militants à poursuivre leur travail sur les droits de l’homme et à travailler avec leurs gouvernements pour atteindre des objectifs humanitaires.

Le documentaire primé Histoire des droits de l’homme, produit par Unis pour les droits de l’homme, association à but non lucratif parrainée par l’Église de Scientologie, a ensuite été projeté.

La deuxième table ronde a mis l’accent sur l’éducation aux droits de l’homme : l’importance de connaître et de comprendre la Déclaration universelle des droits de l’homme, première étape pour en assurer l’application. Cette discussion a été animée par M. Luis Alberto Alarcon-Valencia, président de la Fondation ECOSOC Life Green Ecological Group, en compagnie de représentants de l’association mexicaine Humanidad de Oro, de United for Human Rights, de FOARE (Association for Training, Orientation and Help for Refugees and Migrants) d’Espagne, Colombie et Venezuela, de la branche suédoise de Foundation for a Drug-Free Europe, et de la Corporación Vida SILOE de Colombie et d’Espagne.

La troisième table ronde a mis en vedette des organisations confessionnelles engagées dans la mise en œuvre intégrale de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cette table ronde était organisée par le réseau « All Faiths », basé au Royaume-Uni, avec la participation de représentants du groupe suisse Association pour la promotion du dialogue interculturel et interreligieux, de l’United Sikhs International du Royaume-Uni, de la Communauté musulmane Ahmadiyya, de l’Eglise de la lumière du monde des États-Unis et du Mexique, du CESNUR (Center for Studies on New Religions) et du Bureau européen des affaires publiques et des droits de l’homme de l’Eglise de Scientologie.

Le dernier panel, animé par M. Eric Roux en sa qualité de président du Forum interreligieux européen pour la liberté religieuse, a évoqué les militants qui travaillent avec les autorités publiques pour promouvoir et protéger la DUDH. Ce panel comprenait des représentants de la Fondation Gerard Noodt des Pays-Bas, de Soteria International du Danemark, de l’initiative européenne musulmane pour la cohésion sociale et de la Fundacion para la Mejora de la Vida, la Cultura y la Sociedad d’Espagne.

Dans son message à l’occasion du 70e anniversaire de la DUDH, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Michelle Bachelet, a déclaré :

« Le 10 décembre, nous célébrons le 70e anniversaire de ce document extraordinaire, la Déclaration universelle des droits de l’homme. Il est, je le crois fermement, aussi pertinent aujourd’hui qu’il l’était lorsqu’il a été adopté il y a 70 ans. D’autant plus qu’au fil des décennies, il est passé d’un traité ambitieux à un ensemble de normes qui ont imprégné pratiquement tous les domaines du droit international. Il a résisté à l’épreuve des années qui ont passé et à l’avènement de nouvelles technologies et développements sociaux, politiques et économiques spectaculaires que ses rédacteurs n’auraient pu prévoir. Ses préceptes sont si fondamentaux qu’ils peuvent être appliqués à tout nouveau dilemme. »

L’Église de Scientologie et les scientologues soutiennent Unis pour les droits de l’homme et son programme pour les jeunes : Des jeunes pour les droits de l’homme International. Unis pour les droits de l’homme a mis au point des programmes d’enseignement des droits de l’homme très appréciés qui sont utilisés dans les écoles primaires, les lycées et les universités. L’Église met gratuitement ce matériel éducatif sur les droits de l’homme à la disposition des éducateurs, des conseillers, des programmes de quartier et des particuliers qui cherchent à rendre ce monde meilleur. Unis pour les droits de l’homme est devenu un mouvement véritablement populaire, et notamment la plus grande campagne non gouvernementale d’éducation aux droits de l’homme au monde.  Aujourd’hui présente dans 195 pays en 27 langues, elle a été adoptée par des milliers de militants, de responsables, de groupes et d’organisations.

Traduction : CR

Author: admin

CAP Liberté de Conscience, a French NGO created in 2000 dedicated to the respect of the Right of Freedom of Religion and Belief. CAP LC is expert since now 20 years, in religious minorities’ discriminations in France and Europe. CAP Liberté de Conscience organizes events, conferences, meetings to unite minority religions to counter discrimination mainly in France but also in Europe and worldwide.

Share This Post On
contact European Coordination for Freedom of Conscience : contact@coordiap.com

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer